Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 20:37
Tu pars à 18 h, t’as pris ton après-midi ?

Travaillant chez Publicis, vous connaissez certainement cette blague bien connue des managers, tant il est d’usage courant de rester tard… même si on ne travaille pas plus, mieux ou pas vraiment.

Ce syndrome de présence excessive au travail porte un nom : le présentéisme.
Etre au bureau à 20 heures signifierait dans notre culture une forte implication au travail.

Cette habitude de valoriser les salariés qui restent tard au travail ou qui viennent alors qu’ils sont malades est très française. Et très mauvaise.

Si vous regardez de l’autre côté de l’Atlantique (ou sans aller si loin chez nos voisins suisses, germaniques ou nordiques), c’est plutôt l’inverse. Vous voir traîner au bureau jusqu’à 21 heures, ce n’est pas forcément bien vu, au contraire, c’est même une marque d’incompétence ou de mauvaise organisation.
Celui ou celle qui est efficace part à 17 heures en ayant terminé son job et gagne ainsi la considération et le respect de sa hiérarchie.

De fait, une présence excessive (horaires trop importants, trop tardifs, pas de pause, etc.) entraîne un manque d’efficacité, de concentration et bien sûr de motivation. Tous les prémices de la dépression et du burn-out.
Dans ces conditions, la fatigue physique et émotionnelle donne en toute logique une baisse de résultats et de productivité pour l’entreprise. De ce constat est née l’idée de chiffrer les coûts liés à ce dysfonctionnement.

Le présentéisme coûte plus cher à l’entreprise que l’absentéisme.

Si le taux d’absentéisme est de 4,53% (2012), le taux théorique de présentéisme peut être compris entre 6,34% et 9% de la masse salariale. Selon le cabinet Midori consulting, le coût caché du présentéisme serait entre 2,67% et 4,86% pour la masse salariale, soit entre 13,7 et 24,95 milliards d’euros par an !

Un salarié trop présent coûte donc plus cher à son entreprise qu’un salarié absent, ce que confirme aussi les études menées par Ron Goetzel, chercheur à l’université Cornell. « Les coûts liés au présentéisme représentent de 18 % à 60 % des coûts qu’un employeur doit supporter en raison des problèmes de santé de ses salariés », indique le spécialiste.

A noter que le coût du présentéisme est intégralement payé par les entreprises, alors que celui de l’absentéisme est supporté par la collectivité.

Il est donc temps que les RH et les managers s’emparent du sujet. Peut-être en commençant par renvoyer les trop zélés et les malades chez eux, en veillant à ce que les congés et RTT soient pris.

Partager cet article

Repost 0
Published by Super consultant
commenter cet article

commentaires

serrurerie paris 17/02/2015 13:49

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.
Cordialement

Présentation

  • : Le blog de Super consultant
  • Le blog de Super consultant
  • : site dédié à la vie chez Publicis et tous ses à-côtés. Divers thèmes sont abordés : social, management, politique, organisation, travail, économie,etc...
  • Contact

Recherche

Liens