Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2010 7 03 /01 /janvier /2010 14:42

 


virée
« La vie, la santé, l'amour sont précaires, pourquoi le travail échapperait-il à cette loi ? » déclarait Laurence Parisot en prélude à l'adoption de la rupture conventionnelle.
Au MEDEF, on n'a pas d' idées pour embaucher, on n'en manque pas pour alléger les effectifs !

Les chefs d’entreprise ont déja obtenu la fameuse rupture conventionnelle, qui permet à un employeur et un salarié de se séparer d'un commun accord. Procédure bien connue chez Publicis Consultants...
Au MEDEF, pourtant on ne saurait s’en contenter. Celui-ci veut modifier, encore une fois, la législation du travail pour permettre à un salarié de quitter son employeur d’un «commun accord» pour aller voir ailleurs, avec la «possibilité» de revenir si l’essai n’est pas concluant.
Et cette fois-ci, c’est un nouveau mode de rupture « spécifique » du contrat de travail qui serait mis en place !

Ce que le Medef propose d’instituer à titre expérimental, sur une période de deux ans, c’est :

"un droit conventionnel prenant la forme d’un accord de mobilité professionnelle individuelle sécurisée" ouvert aux salariés avec deux ans d’ancienneté. En cas d’échec, le salarié aurait la possibilité de retrouver dans l’entreprise son ancien emploi ou un emploi équivalent dans les six mois suivant la rupture de son contrat, voire davantage si la période d’essai du nouveau poste, renouvellement compris, excède six mois. Le contrat serait rompu d'un "commun accord des parties... "

Qu'en sera t-il dans les faits ?

Tout salarié sait parfaitement que lorsqu'on s'est absenté durant un certain temps de son entreprise, il est particulièrement difficile de retrouver ses marques. De plus, pendant une absence prolongée, il est naturel pour l'entreprise de trouver un remplaçant pour le poste vacant.

Que se passerait-il, si le projet du MEDEF s'appliquait ?

Si l'employeur embauche quelqu'un à sa place, supprime le poste, réduit les effectifs ou n'a plus d'emploi équivalent à proposer, le salarié ne serait pas réintégré mais pourrait s'inscrire au chômage et aurait droit à une demi-indemnité.
Dans le détail : Si le salarié ne peut retrouver son poste, l’employeur devrait lui faire part de cette impossibilité par écrit, dans le mois de sa demande, en lui indiquant la raison.
Le document patronal liste quatre raisons de refus :
– une embauche ultérieure destinée à compenser le départ du salarié ;
– la suppression du poste du salarié avec ou sans réorganisation destinée à compenser son départ ;
– la réduction des effectifs de l’entreprise en cours au moment de la demande de retour ou programmée ;
– l’absence d’emploi équivalent disponible.

Le salarié ne pouvant revenir à son poste bénéficierait d’une indemnité spécifique égale à la moitié de l’indemnité qui lui aurait été due au moment de son départ et de même nature juridique que l’indemnité de licenciement. - Source WK RH

Le patronat affiche une bonne humeur évidente quant à ce nouveau dispositif.
Pas les syndicats qui y voient “Quatre motifs -et pas des moindres- susceptibles de mettre en échec le retour du salarié.”
"Là, on prend les gens pour des imbéciles, commente Maurad Rahbi de la CGT. Si l’indemnité est plus faible qu’à travers un licenciement ou une rupture conventionnelle, le salarié fera vite le calcul" - Source 20Minutes

Ce dispositif, pourrait être, fort intéressant, pour les entreprises qui ont des salariés « trop vieux » ou « trop remuants » et dont elles souhaitent se débarrasser à moindre coût !

Entre août 2008 et fin juin 2009, 111.670 demandes de rupture conventionnelle ont été homologuées en France. Chez Publicis Consultants, sur la même période, les chiffres sont tout aussi éloquents...

Partager cet article

Repost 0
Published by Super consultant
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Super consultant
  • Le blog de Super consultant
  • : site dédié à la vie chez Publicis et tous ses à-côtés. Divers thèmes sont abordés : social, management, politique, organisation, travail, économie,etc...
  • Contact

Recherche

Liens