Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 23:52

logo Pub

 

Les dernières modalités de la «prime Sarkozy» semblent avoir été tranchées. Cette prime que devront accorder à leurs salariés les entreprises de plus de 50 salariés, qui versent des dividendes en hausse à leurs actionnaires, sera bien obligatoire. Elle pourra être versée autrement qu’en numéraire. Sous condition d’accord collectif, la prime pourra ainsi prendre l’aspect d’un surplus de participation ou d’intéressement, d’une prise en charge d’une mutuelle ou encore d’une distribution d’actions gratuites.
L’avantage consenti devra être collectif (c’est-à-dire bénéficier à tous les salariés et non à certaines catégories), pécuniaire (il doit être équivalent à une somme d’argent) et nouveau (il ne doit pas avoir été accordé précédemment).

AUCUNE DÉROGATION
Le montant et les modalités de la prime devront, si elle doit être versée, être négociés au sein de l’entreprise, dans les mêmes conditions que la participation ou l’intéressement.
Aucune entreprise de plus de 50 salariés ne bénéficiera de dérogation. La prime sera exonérée des cotisations sociales classiques – mais soumise à 8 % de CSG-CRDS et 6 % de forfait social – jusqu’à un plafond de 1 200 euros.


PRÉCISIONS SUR LA NOTION DE DIVIDENDE
Il ne s’agira pas de prendre en compte le montant global des dividendes versé mais le dividende par action et c’est la maison mère qui fera référence. Ainsi, si le dividende distribué par la maison mère a augmenté par rapport à la moyenne des deux années précédentes, toutes les filiales et entités qui en dépendent devront verser la prime, qu’elles affichent ou non des bénéfices en hausse.
Dans le cas de Publicis Consultants, filiale de Publicis Groupe, c’est bel et bien la distribution de dividendes aux actionnaires du groupe qui fera référence. Logiquement, vu l’augmentation du dividende par rapport à la moyenne de 2008 et 2009*, Publicis ne devrait pas y échapper... à moins qu’un directeur financier habile ait trouvé un moyen de contourner la prime. Faisons confiance à Publicis pour le chercher activement...

Et comme annonçait François Cherèque, « la prime risque de faire beaucoup de déçus». Pour le secrétaire général de la CFDT, «celui qui va y perdre, c’est le salarié parce qu’il n’aura pas d’augmentation de salaire qui s’étalera sur sa carrière. Par contre, l’entreprise va avoir des allègements, ce sera un cadeau, ce sera un effet d’aubaine».

* dividendes par action Publicis Groupe S.A (source www.tradingsat.com)  : 2008 : 0,60 euros ; 2009 : 0,60 euros ; 2010 : 0,70 euros.

Partager cet article

Repost 0
Published by Super consultant
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Super consultant
  • Le blog de Super consultant
  • : site dédié à la vie chez Publicis et tous ses à-côtés. Divers thèmes sont abordés : social, management, politique, organisation, travail, économie,etc...
  • Contact

Recherche

Liens