Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 22:19

tumblr lfgxwahMjj1qbcfcko1 500

 

« Qu’est-ce qu’un bon DRH ? » 1000 salariés questionnés sur le sujet, lors d'une radioscopie CEGOS, ont un avis bien tranché sur cette éminence grise trop souvent dans son bureau. Ils privilégient le respect vis-à-vis des collaborateurs, la discrétion, la qualité du relationnel et le sens de l’écoute. Et jugent leur propre DRH trop soumis à la direction générale (48%), pas assez proche d’eux (37%) et bien loin des enjeux humains (37%).

Les DRH se disent plutôt confiants sur leurs pratiques quand les salariés, eux, n’en ont pas du tout la même perception. C’est simple, sur les items, « je suis très accessible pour évoquer un problème », « je suis attentif au climat social », « je suis à l’écoute des représentants du personnel », « je peux défendre les intérêts d’un salarié », etc, les DRH répondent à plus de la moitié par l’affirmative, quand les salariés ne sont qu’en moyenne 25% à abonder dans leur sens ! Le rôle principal que les salariés aimeraient les voir jouer en priorité, c’est de s’intéresser plus à leur travail, de suivre l’évolution du métier, les difficultés et les conditions de travail, voire qu’ils déjeunent de temps en temps avec eux, et voient le bout de leur nez. Ce qui n’est franchement pas le rôle joué par leur DRH actuel. 

Alors que nombre de DRH ont sur le feu des dossiers sur les la gestion des risques psychosociaux, les DRH semblent être, eux-mêmes, en bien petite forme. Interrogés sur leurs conditions de travail, 75% avouent que leurs horaires de travail explosent et 55% ont du mal à déconnecter des situations vécues au travail lorsqu’ils rentrent chez eux. Du coup, 37% sollicitent leur entourage personnel pour les aider à prendre du recul par rapport à leur travail, et 35% souffrent de se sentir seuls en cas de difficultés, « je ne peux en parler à personne au sein de l’entreprise »...

Repost 0
Published by Super consultant
commenter cet article
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 23:32

projet feydeau 

Consultons a pu se procurer les avant-projets de rénovation de la cafétéria du 5, rue Feydeau. Explications.

D'après le cabinet d'architecte mandaté,  le choix de Publicis Consultants a été dès le départ de souhaiter un espace convivial et contemporain. Le véritable défi à relever : créer une ambiance à la fois design et cosy, tout en s'adaptant au site de l'ancien lieu.

Dans cet avant-projet, le parti-pris bois-briques-métal a été proposé pour les matériaux. Avec une option tabourets alu-brossé et canapés shantung bleu (venant en couleur complémentaire des tons chauds de la brique.)

 

Aux dernières nouvelles, la Direction Financière, avec l'accord de la direction Monde de MSL Group, aurait débloqué un budget pour les briques.

Repost 0
Published by Super consultant
commenter cet article
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 18:39

 clapLeMonde.fr , 15/06/2012 :

La situation était devenue intenable. Maurice Lévy, en tant que patron de Publicis, connaît trop bien les rouages de la communication pour ne pas tirer tôt ou tard les conséquences de la polémique suscitée par sa rémunération. En démissionnant, jeudi 14 juin, de la présidence de l’Association française des entreprises privées (AFEP), il répond ainsi aux critiques qui étaient de plus en plus nombreuses. Celles des leaders politiques, mais aussi, plus gênant, celles issues de son propre camp.

Bien sûr, aucun patron n’a pris la plume ou la parole publiquement pour ajouter la polémique à la polémique, mais les confidences de quelques-uns et la petite musique que l’on pouvait entendre ces dernières semaines dans les fédérations locales laissaient deviner qu’il serait de plus en plus difficile à M.Lévy de continuer à être le meilleur avocat des grandes entreprises.

Dans sa lettre de démission, M.Lévy le reconnaît bien volontiers. Dont acte. En même temps, il se justifie une dernière fois, en rappelant que ses 16 millions d’euros constituaient une rémunération différée, fruit de neuf années de travail et de valeur créée pour l’entreprise. «En France aujourd’hui, on condamne la réussite», peste-t-il en guise d’ultime argument. Beau slogan, mais un peu réducteur face à la nature du débat.

Débat qui, au passage, n’a pas lieu qu’en France. En témoigne la réaction cette semaine des actionnaires de WPP, le grand concurrent de Publicis, qui ont refusé de voter les 60% d’augmentation que voulait s’octroyer le PDG, Martin Sorrell. On peut polémiquer à l’infini sur des chiffres qui ne veulent plus dire grand-chose au commun des mortels. Nous n’en rajouterons pas.

Mais, au-delà, ce qu’aurait dû anticiper M.Lévy, c’est se dire que doubler sa rémunération variable en même temps qu’il annonçait haut et fort renoncer à son fixe n’était pas compréhensible. C’est se dire qu’appeler ses pairs à payer plus d’impôts, six mois avant de toucher son bonus différé n’était pas d’une grande cohérence. C’est se dire que prétendre à une indemnité de 5,4 millions d’euros au titre d’une clause de non-concurrence le jour où il quittera Publicis, à 75 ans, n’était pas raisonnable.

On ne refera pas les Français, qui sont d’incorrigibles cartésiens. Ils estimeront sans doute qu’en démissionnant M. Lévy a pris la bonne décision.

 

Twitter: @StephaneLauer

 

Mais, au fait, qu'est-ce que l'AFEP ?

Fondée en décembre 1982 après l'arrivée au pouvoir de François Mitterrand, cette association réunit presque tous les patrons du CAC 40 et des grandes sociétés françaises. Elle représente des milliers de milliards d'euros de chiffre d'affaires et plus de 5 millions d'emplois. Secrète au possible, c'est l'un des lobbies économiques les plus puissants de France, essayant d'influençer aussi les décisions qui se prennent à Bruxelles.

 

Dans son code de gouvernement d'entreprise, l' AFEP et le MEDEF définissent les grands principes des rémunérations des dirigeants d'entreprise :

Il y est dit, entre autre, que "La rémunération des dirigeants mandataires sociaux de l’entreprise doit être mesurée, équilibrée, équitable et renforcer la solidarité et la motivation à l’intérieur de l’entreprise. Le souci d’explication et d’équilibre doit également prévaloir à l’égard des actionnaires. Elle doit aussi tenir compte, dans la mesure du possible, des réactions des autres parties prenantes de l’entreprise, et de l’opinion en général. Elle doit enfin permettre d’attirer, de retenir et de motiver des dirigeants performants. " (!!!)

 


Repost 0
Published by Super consultant
commenter cet article
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 22:50

board

 

Maurice Lévy a confirmé que le processus de sélection de son successeur serait officiellement lancé après l'été, ajoutant qu'il était difficile de dire combien de temps il pourrait durer.

"Je pense qu'il y a suffisamment de talents, et de grands talents au sein de Publicis, pour ne pas aller voir ailleurs", a-t-il estimé.

Repost 0
Published by Super consultant
commenter cet article
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 22:13

Portrait-officiel-Francois-Hollande-president-de-la-republi

Repost 0
Published by Super consultant
commenter cet article
10 juin 2012 7 10 /06 /juin /2012 19:50

 

Repost 0
Published by Super consultant
commenter cet article
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 22:37

397-la-rupture

 

Il est toujours bon de connaître quelques règles :


Afin de s’assurer d’un consentement libre et éclairé des parties, l’article L1237-12 du Code du travail pose pour principe que la rupture conventionnelle doit être négociée entre les parties au cours d’un ou de plusieurs entretiens.

L'employeur est vivement conseillé d’inviter par écrit le salarié en mentionnant le lieu, la date et l’heure tout en prévoyant un délai raisonnable afin de permettre au salarié d’exercer son droit d’assistance.

Au cours de cet entretien (ou de ces entretiens), le salarié peut se faire assister :
- soit par une personne de son choix appartenant au personnel de l’entreprise, qu’il s’agisse d’un salarié titulaire d’un mandat syndical ou d’un salarié membre d’une institution représentative du personnel (par exemple, un délégué du personnel ou un membre élu du comité d’entreprise) ou tout autre salarié ;
- soit, en l’absence d’institution représentative du personnel dans l’entreprise, par un conseiller du salarié choisi sur une liste dressée par l’autorité administrative. Cette liste est consultable auprès de la direction départementale du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle (précisément, dans chaque section d’inspection du travail) et dans chaque mairie.

Lorqu'une rupture conventionnelle est proposée par l'employeur ou par le salarié, chacune des parties reste libre d'accepter ou non la rupture conventionnelle homologuée. Aussi, sauf à prendre le risque d'un refus, il est déconseillé au salarié de tenter d'imposer fortement ses conditions à l'employeur au moyen notamment de pression de quelque nature que ce soit. La même remarque est d'autant plus valable pour l'employeur qui encourt quant à lui, en cas par exemple de négociation sous la menace d'un licenciement, un risque de requalification de la rupture en licenciement sans cause réelle et sérieuse.
La rupture conventionnelle n'étant pas non plus destinée à mettre fin à une situation conflictuelle, chaque partie doit veiller à ce que la discussion ne tourne pas au règlement de compte.

 

Repost 0
Published by Super consultant
commenter cet article
3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 17:41

35358812

 

Que n’entendons-nous pas ces derniers temps ! Publicis ferait le bonheur de familles à l’autre bout du monde. Pris dans un élan de générosité sans limite, le 1er groupe de communication européen aurait décidé de se consacrer à aider les peuples des pays émergents !

Exécution et pré-presse à l’Ile Maurice, services créatifs et fabrication en Inde et en Malaisie, Publicis aurait découvert qu’il y a dans ces pays, de si formidables “talents” (terme à la mode) qu’il serait impératif de les aider en les utilisant ? Publicis aurait découvert que tant de familles mériteraient de vivre mieux et de manger à leur faim ? Ben voyons.
Revenons un peu sur Terre !

Pour maximiser ses marges, Publicis est continuellement à la recherche de baisses de coûts sur le maximum de postes. Et quand ces baisses de “coût “ sont si faciles à obtenir en allant chercher de la main d’œuvre là où elle coûte le moins, pourquoi se gêner ?
Publicis rachète chaque mois une quantité d’entreprises, parfois dans des pays où il n’existe aucun droit social et une pauvreté indécente. Il n’y a qu’à puiser dans ce vivier et y transférer, quand c'est possible, ce qui était fait fait jusqu'à présent en France ou en Europe.

Le gain potentiel peut être énorme, il suffit de regarder ce que peut coûter le travail dans l'industrie de différents pays dans le tableau ci-dessous :

  Image 4-copie-4

 

Il ne faut pas se leurrer, ces délocalisations continueront et s’amplifieront tant qu'il y aura le moindre profit à y gagner. Tant que le salarié européen n’aura pas accepté les mêmes conditions que le salarié chinois, mauricien ou indien, travaillant plus de 70 heures par semaine, 6 jours sur 7, avec une semaine de vacances par an, sans protection sociale, le tout pour un salaire de moins de 150 euros par mois.
Ou tant que le salarié chinois,mauricien ou indien n'aura pas réclamé sa part de gateau.

On verra alors si Publicis se veut toujours aussi généreux...

 


 

Repost 0
Published by Super consultant
commenter cet article
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 19:09

Untitled-1

Citation entendue chez Publicis.

 

Repost 0
Published by Super consultant
commenter cet article
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 23:48

pro

 

 

C’est décidé ! En ces beaux jours, Publicis Consultants mène une action punitive contre la poussière. Plusieurs commandements pour faire briller comme un sou neuf son agence sweet home.

 - Organiser son grand ménage de printemps

Commandement n°1 : De l’aide, elle demande
-Mobiliser les managers pour aider dans la guerre contre la crasse.
-Convenir d’une date butoir et penser à la rappeler à ses petits soldats le plus longtemps à l'avance.
-Lister les tâches et les répartir selon les capacités de chacun (Chaque étage peut apporter sa "pierre" à l'édifice.)
 

Commandement n° 2 : De bons outils, elle choisit
Voici une petite liste des indispensables :
- Gants plastique pour garder les mains propres
- Sacs poubelle de grande dimension pour les candidats au départ
- Cartons propres pour trier, ranger, stocker leurs affaires
 - Une poignée de licenciements ( pour le côté abrasif)
- Une bonne dose de ruptures conventionnelles (pour une approche douce)
- Seau, Brosse à chiendent, Chiffons... 

Commandement n° 3 : Une propreté impeccable elle obtient

- 7 personnes nettoyées en un mois, ça c'est un résultat !

- Cinq au 2e étage, le plus clean, et deux au 4ème étage, ça c'est efficace !

- Qui veut donner un coup de main ?


Repost 0
Published by Super consultant
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Super consultant
  • Le blog de Super consultant
  • : site dédié à la vie chez Publicis et tous ses à-côtés. Divers thèmes sont abordés : social, management, politique, organisation, travail, économie,etc...
  • Contact

Recherche

Liens