6 juillet 2014 7 06 /07 /juillet /2014 20:30
Gros cadeau.

François Hollande est sympa, il vient de donner des centaines de milliers d'euros à Publicis ( dont les affaires marchent très bien, merci ) et d'autres groupes comme lui .

Et oui, c'est ça le CICE, le fameux crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi : un gros cadeau qui ne se voit pas donné à des gens qui n’en ont pas besoin.

Si au final la fabuleuse baisse de la TVA dans la restauration ( mesure bling-bling de l’ancien Président ) a coûté une dizaine de milliards aux deniers de l’Etat pour des résultats bien médiocres, le coût global du CICE sauce Hollande risque d’exploser au-delà de 50 milliards jusqu’à la fin du quinquennat. Et ce nouveau cadeau aura des résultats assez similaires à ce qui s’est passé dans la restauration avec la baisse de la TVA. Peu d’emplois et peu d’activité, beaucoup d’effets d’aubaine et pas mal de dividendes.

Exemple 1 : Mac Do. Après avoir amélioré ses marges de 190 millions d’euros par an grâce à la baisse de la TVA pendant trois ans, le vendeur de junk-food, qui emploie massivement des salariés au smic et s'arrange depuis 2009 pour payer le minimum d’impôts en France, va réclamer un très gros chèque auprès des services de Bercy.

Exemple 2 : La Poste. Le doublement de ses bénéfices grâce aux 297 millions d’euros de son CICE n'a nullement permis à cette entreprise d’investir, d’embaucher ou d’innover plus qu’à l’accoutumée.

Exemple 3 : Publicis. 816 millions d'euros de bénéfices, des dividendes distribués à gogo et... pas un seul centime investi dans le social. Pas un seul centime redistribué au titre de l'intéressement. Pas un seul emploi net créé en France.

Un gouvernement qui n’a aucun courage pour imposer des contreparties au CICE + des grosses boites qui en profitent et n'en font strictement rien, sinon s'enrichir davantage.

A la fin de son mandat, le gentil Président, réconcilié depuis 2012 avec Maurice Lévy, mettra certainement en avant le fait que les petits chefs d’entreprises à l’agonie n’auraient pas survécu sans ce dispositif. Une rhétorique déjà entendue mais qui cette fois-ci risque de ne pas passer comme une lettre à la poste.

Partager cet article

Super consultant
commenter cet article
22 juin 2014 7 22 /06 /juin /2014 20:49
Très green.

Sous l’impulsion de la Direction de la RSE, Publicis Groupe vient de mettre en place via l’action des "Green Teams ", véritable relais de sa politique environnementale, une réserve naturelle pour les espèces en danger en plein coeur du 2ème arrondissement de Paris, dans les locaux de l’agence Publicis Consultants.

Pour engager une véritable transition écologique, des équipes de collaborateurs volontaires et très motivés, ont élaboré et mis en place un espace protégeant des milieux très spécifiques qui forment un réseau représentatif de la richesse du territoire.
Grâce à des conditions de nidation quasi parfaites, cet espace est un sanctuaire idéal. Une autorisation spéciale est d’ailleurs requise pour le découvrir et des visites organisées existent.

Comme l’a redit la Direction RSE de Publicis Groupe “Préserver et partager sont les mots-clés d’une vision renouvelée de la prospérité et d’une redéfinition du progrès qui placent comme critères premiers le bien-être et l’épanouissement de tous les hommes ainsi que le respect de la vie sous toutes ses formes.”

Partager cet article

Super consultant
commenter cet article
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 23:22
Drôle.

Les sujets drôles ne manquent pas. Il y a même embarras du choix. Entre la Coupe du Monde qui commence dans des stades non finis, un homme politique qui appelle à ce que l’on mette en route de nouvelles “fournées” et des comédiens intermittents qui montrent leur corps nu à une ministre...
Sans oublier la Green Team Publicis qui se rebaptise Kind People et qui, pour sa prochaine thématique, la Semaine du Bisou, invitera probablement Jean-Marie Bigard en guest star (l’auteur de “La première fois qu’elle m’a pris les couilles dans la main, je me suis dit: c’est là que je veux habiter! ?”)...
Cela ne donne, en fait, aucune envie de plaisanter. Affligeant. Publicis, que l’on croyait naïvement capable d’envisager une carrière de 1er mondial, fait une rechute brutale. Bêtise à l’état pur ? Crétinisme ?
Peut-être tout simplement incapacité totale à comprendre. Pour un "grand" groupe de communication, ça craint.

Partager cet article

Super consultant
commenter cet article
29 mai 2014 4 29 /05 /mai /2014 22:40
Les cadres, rebelles ?

Les cadres sortiront-ils d’un silence qui leur pèse de plus en plus ? «Le dernier manager à avoir récriminé (pour une raison parfaitement valide) avait eu le choix entre une mutation en Finlande ou un licenciement à l’amiable… Depuis, tous les managers se taisaient, même si chacun avait le sentiment que le fonctionnement de l’entreprise se délitait inexorablement.»

Cet extrait du roman d’Alain Bron, qui décrit les dérives du management à travers les « yeux » d’un aveugle, annonce une plongée dans le monde des multinationales pour comprendre in vivo les fondements du silence des cadres : la loyauté à l’égard de l’entreprise inhérente à leur rôle, et les dynamiques divergentes entre le PDG du 26e étage, dont l’obsession est d’« être le n° 1 mondial », et celle de tous les autres – cadres supérieurs, managers de proximité ou chefs de projet –, qui est d’« arpenter l’étage et de tâter le pouls des équipes » afin d’améliorer l’efficacité quotidienne.
Vingt-sixième étage est un roman, « une fiction sans rapport avec des personnes, des lieux ou des faits réels », comme il est d’usage de le préciser. Mais il met en scène l’évolution de la place des cadres dans l’entreprise, telle que rapportée par cet autre livre, Le Silence des cadres, enquête du sociologue Denis Monneuse menée à travers 200 entretiens qualitatifs sur dix ans.

Leur positionnement au cœur de l’évolution de l’organisation du travail les place dans une situation de « servitude volontaire : le cadre intériorise les contraintes de l’entreprise », rappelle-t-il dans son essai, qui décortique leur malaise en les faisant sortir de leur silence.

Le malaise des cadres peut paraître comme une antienne. A chaque trou d’air conjoncturel, les sondages témoignent de ce mal-être de cadres placés « en porte à faux entre des salariés qui sont en attente de proximité et une direction générale qui cherche à réduire le taux d’encadrement pour diminuer la masse salariale », explique-t-il.

Les cadres sont pourtant plutôt épargnés par le chômage, par rapport au reste de la population. Les offres d’emplois-cadres étaient même légèrement à la hausse en avril, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC). Mais c’est un fait : « Le malaise des cadres s’accentue », indiquait le 22 mai un sondage Ugict-CGT réalisé par Viavoice.

Davantage que leur propre emploi, c’est leur rôle de chef d’orchestre des réorganisations à répétition qui nourrit leur malaise.

D’une part, parce qu’ils sont de plus en plus souvent amenés à prendre des décisions contraires à leurs principes. « C’est un des principaux inconvénients d’être cadre, selon eux (…). Le discernement entre loyauté à l’entreprise et fidélité à soi-même est l’une des choses les plus difficiles à effectuer », rapporte M. Monneuse.

Dans le roman d’Alain Bron, un cadre « historique » de l’entreprise, Jean-Paul Delgado, cherche à contourner l’ultimatum qui lui est fait d’établir une liste nominative de licenciements : « Quelques mois seulement après avoir embauché plusieurs dizaines de jeunes diplômés, il faut maintenant les licencier ! », s’indigne-t-il.

« Il devait déterminer qui passerait entre les gouttes et, accessoirement, décider de son propre sort. Mais rira bien qui rira le dernier… », écrit le narrateur. Jean-Paul Delgado assume en silence le poids de ses dilemmes, et prépare sa propre révolte.

D’autre part, parce que ces réorganisations s’inscrivent dans un contexte de déstabilisation croissante de l’organisation, dont une étude publiée par l’APEC en mars établit une liste : restrictions budgétaires, toujours plus de tâches en même temps, raccourcissement des délais, augmentation du nombre de projets, arrivée d’un nouveau DG ou PDG (Synthèse no 2014-03).

L’équilibre contribution/rétribution en est fragilisé. Alors même que l’accord tacite par lequel l’entreprise assure rémunération et évolution de carrière en contrepartie de la loyauté a été écorné.

Les plans de carrière ne sont plus toujours au rendez-vous, et les cadres sont la catégorie dont les revenus ont le moins augmenté ces dernières années, indique la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques au ministère du travail (« Activité et conditions d’emploi de la main-d’œuvre », septembre 2013).

L’image du cadre en ressort ternie. «40 % des cadres s’estiment perdants», note M. Monneuse. Trois bonnes raisons de jeter l’éponge. Le silence imposé aux cadres par leur loyauté à l’entreprise pourrait en être brisé.

Mais ils continuent de se taire. Car le silence a ses raisons que nul cadre n’ignore. Le consensus sur les valeurs de l’entreprise, même s’il n’est qu’apparent, est un moteur vital à la réalisation des projets. « Si les chefs s’en foutent, aucune chance que les salariés suivent », fait dire Alain Bron à l’un de ses personnages pour justifier l’importance pour les cadres de communiquer sur les valeurs de la direction.

Le silence est aussi le meilleur moyen de ne fermer aucune porte, explique M. Monneuse : pour rester engagé dans son métier quel que soit l’avenir de l’entreprise, pour se replier sur son activité afin de limiter sa charge de travail, pour résister sans en avoir l’air, voire pour préparer sa sortie.

Les cadres sont « obnubilés par le poste d’après », dit M. Monneuse. Plus d’un cadre sur deux a refait son CV dans l’année, constate l’APEC. Quelles qu’en soient les raisons, le silence des cadres n’est donc souvent que de façade.

LE MONDE | 28.05.2014 Anne Rodier

Partager cet article

Super consultant
commenter cet article
22 mai 2014 4 22 /05 /mai /2014 22:30
Plus de fusion, mais que d'éthique !

M. Lévy a renoncé à la fusion avec Omnicom, mais pas aux leçons de morale.

Jamais un patron n'a autant que lui pensé, vécu, respiré par et pour l'éthique. Il est comme ça Maurice Lévy, à son âge, on ne le refera pas. La preuve ? Il fait partie du "comité d'éthique entrepreneuriale" du Mouvement des Entreprises de France depuis 2002. Le même a publié une tribune, il y a un peu plus de trois ans, qu'il a intitulée : "Le capitalisme d'entreprise sera éthique ou ne sera pas". Un moment rare. L'éthique, c'est toute sa vie, c'est la raison pour laquelle Maurice Lévy se laisse parfois aller à prodiguer quelques conseils à ses amis entrepreneurs. A l'été 2011, il se lance dans le "Nouvel Obs" pour clamer que, oui, il est bon que les riches paient plus d'impôts. Avec 16 dirigeants d'entreprise, tous fous d'éthique comme lui, il demande une contribution exceptionnelle de 1 à 2% sur les plus hauts revenus. En mars 2012, le voilà qui recadre le débat sur les exilés fiscaux : "S'exiler fiscalement, ce n'est pas bien. Je le pense vraiment. Et c'est valable pour Publicis comme pour moi." L'éthique, c'est un métier à plein temps.

Alors, évidemment, une telle aura morale ajoutée à sa réussite professionnelle a fait des jaloux. La fusion avortée de son groupe Publicis et d'Omnicom, géant américain de la pub, qui l'affaiblit, délie les langues. Et les médisants se lâchent.

Le St Bernard de la pub

Le projet de fusion s'est finalement brisé sur des problèmes d'ego et de gouvernance. Surtout, Maurice et ses actionnaires, Elisabeth Badinter en tête, n'auraient pas été indifférents à de basses motivations financières. La nouvelle entité, basée à Amsterdam, aurait été soumise au droit fiscal néerlandais, ce qui arrangeait bien les affaires des dirigeants du groupe.

Des soupçons odieux qui arrivent peu après un épisode vraiment pénible pour Maurice. En 2012, la presse a révélé que l'ami de l'impôt pour les riches avait empoché un bonus exceptionnel de 16 millions d'euros tout en jouant sur un mécanisme d'optimisation fiscale. Tollé. Dans les milieux patronaux, on lui a un rien scié la branche. Il a dû démissionner de la puissante Afep, qui regroupe les plus grandes entreprises de France, juste après cette regrettable affaire. Dommage, l'article 20.02 de son code de bonne conduite stipulait : "La rémunération des dirigeants doit être mesurée, équilibrée, équitable et renforcer la solidarité." Bref, un truc très éthique, tout à fait pour lui, et ils ont cru bon, ces nuls de l'Afep, de se priver d'un homme tel que lui...

Il a fait preuve d'une amertume légitime:" On a trainé dans la boue une vie de bâtisseur" a t-il lancé, avant d'ajouter: "On me reconnaît des qualités dans le monde entier, mais, ici, on me piétine."

Maurice traverse indéniablement un petit passage à vide, ce qui arrive aux meilleurs. Il va pouvoir compter sur ses réseaux, les plus efficaces de Paris. Il a fondé le Cercle de l'industrie avec DSK, il connaît Sarko comme sa poche, et Raffarin, et tant d'autres, et tous les dirigeants du CAC 40. Il avait même tenté de réconcilier Liliane Bettencourt et sa fille, et aidé Xavier Niel à se faire recevoir à l'Elysée à l'époque du rachat du "Monde". Et il pourra toujours appliquer sa technique favorite pour séduire les clients. Il papote, multiplie les compliments, se fait charmeur, puis soudain songeur: "En fait, tu sais, ce qui ne va pas, c'est ta communication, elle est nulle."S'ensuivent de nombreux coups de fil, et autant d'invitations à déjeuner dans sa somptueuse salle à manger avec vue sur l'Arc de triomphe. Au bout, il y a souvent un contrat. Il a aussi beaucoup d'amis dans la presse, ce qui explique qu'on lui ait consacré des articles ainsi titrés: "Le saint-bernard de la pub" suivi de ce sous-titre féroce: "Portrait d'un homme discret, sensible et disponible."

Un anti-Seguela

Il donne aux journalistes ce qu'ils aiment, des formules pour leurs papiers. Il se dépeint volontiers en anti-Seguela, tout en réserve et en distinction, et dit de lui-même : "Je suis le plus janséniste des Séfarades." Cela plaît beaucoup. Malgré ses contacts planétaires (il coorganise le Forum de Davos) et sa réussite éclatante, à 72 ans, on risque de lui parler à nouveau de sa succession. Il trouvera un successeur, il en connaît, des talents, c'est pas ça qui manque.

Mais, s'il tarde à les promouvoir, c'est que, répète t-il, "il y a une pression considérable pour que je reste".

Ethique, quand tu nous tiens!

Mercier Anne-Sophie Le Canard enchaîné

Partager cet article

Super consultant
commenter cet article
24 avril 2014 4 24 /04 /avril /2014 20:38
Un nouveau magazine qui donne envie d'agir.

«Dans les agences corporate..., les prises de parole créatives sont trop souvent perçues par les commerciaux comme une prise de risque. Quand le directeur de la création est en contact direct avec le client, on peut avoir plus d’audace et,pour ma part, j’ai plus de facilité et de plaisir que de passer par les arcanes des hiérarchies internes.»

Témoignage passionnant à découvrir dans le dernier numéro de Cockpit, le magazine qui donne envie d'agir.

Partager cet article

Super consultant
commenter cet article
13 avril 2014 7 13 /04 /avril /2014 22:40
Quel type de connard est votre manager ?

Trois hommes sur quatre en France sont « des connards », a-t-on appris de source universitaire. Après deux ans d’expérimentations, 7000 sujets masculins et 80 critères d'évaluation, l'étude conduite par l'Université de Sociologie de Tours livre enfin ses résultats, et ils sont sans appel.Les sociologues ont ainsi distingué 4 classes principales de "connards" qui, n'ont-ils de cesse de le rappeler, ne sont pas cloisonnées et peuvent fusionner pour donner naissance à "une infinité de connards métissés". Retrouvez parmi ces classes, quel type de connard est votre manager.

1/ « Le connard le plus répandu est le narcissique démonstrateur, celui qui "se la pète" en langage courant. Macho, suffisant il représente jusqu'à 50% des connards, et jusqu'à 90% dans certains milieux professionnels tels que le sport ou la finance » explique Amélie Choron, doctorante et co-auteure de l'étude. « Chaussures à bouts pointus, lunettes de soleil à monture blanche, véhicules voyants ou bruyants, volume de la voix inutilement élevé, T-Shirt moulant de marque... voilà autant d'indices utiles pour détecter un narcissique démonstrateur ». « Je suis beau gosse, baraqu', j'ai une Audi... J'en profite, je vais pas gâcher mon potentiel dans une vie de couple pépère à la con »

2/ En seconde position, les chercheurs ont identifié une toute autre classe de "connards", plus sournois car moins détectables au premier abord : « Nous avons appelé cette classe "les manipulateurs lâches" : sous leur allure calme et réservée, parfois même timide, ils n'hésitent pas à vous poignarder dans le dos, que ce soit professionnellement, en amour ou en amitié. Ce sont des faux gentils, égoïstes, pervers et menteurs, capables de monter collègues ou amis les uns contre les autres pour servir leurs propres intérêts. Ces connards représente 25% de la population, on les trouve en plus grande concentration dans la fonction publique, en politique et dans les sciences » explique Mathieu Chauvin, également co-auteur de l'étude.

3/ Recensant 11% des "connards", la troisième catégorie est celle des "violents". Frustrés, complexés, se sentant souvent inférieurs aux autres, ils s'expriment par la violence. « Ce sont les connards les plus médiatisés » commente le jeune chercheur « On pourrait croire que ce sont le plus nombreux mais en réalité, ce ne sont que les plus voyants. Nous avons cependant remarqué que ces connards ont en moyenne plus de raisons de l'être que les autres ».

4/ La dernière catégorie, celle des "connards décomplexés", serait en pleine expansion selon les données recueillies. « Ce connard s'incarne parfaitement dans le personnage de "Barney Stinson" de "How I Met Your Mother" : il assume ce qu'il est, ne s'en cache pas, ce qui peut le rendre populaire. Le connard décomplexé suscite souvent l'admiration et la jalousie des "manipulateurs lâches", qui envient le naturel avec lequel il exerce sont art. Ce sera le connard du XXIème siècle » affirme Jacques Bruandet, qui précise en outre que ce type se retrouve fréquemment chez les avocats, les commerciaux et les politiques.

Partager cet article

Super consultant
commenter cet article
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 19:46
On veut des cadeaux comme ceux-là.

Publicis a distribué à ses dirigeants (les très hauts : ceux du Directoire, et les un peu moins hauts : 200 dirigeants du groupe) l'équivalent de plus de 53 millions d'euros sous forme d'actions gratuites. (avec un cours de l'action à 63 euros)

Les autres, s'ils ne sont pas contents, ils peuvent se dire qu'ils ont la chance d'avoir un boulot chez l'"« employeur désigné le plus attractif dans le secteur des services en France » (ouarf !) lors de la cinquième édition des Randstad Awards.*

*http://www.cbnews.fr/conseils/publicis-donne-envie-a1011595

Partager cet article

Super consultant
commenter cet article
23 mars 2014 7 23 /03 /mars /2014 17:04
Stage, stage, stage, tiens CDI.

Révélateur de l'abus permanent de l'utilisation des stagiaires. Il suffit de regarder au 23 mars les offres d'emploi du groupe Publicis : sur 4 offres d'emplois, 3 sont des...stages !

Quant à la définition des postes, c'est carrément du maousse costaud. Exemple :

Starcom (Groupe Publicis), leader mondial en conseil media, accorde une place centrale aux idées et s'est équipée de nombreuses ressources pour faire face à un monde où les expériences humaines sont devenues le nouveau fer de lance d'une industrie de la communication et du marketing en perpétuelle réinvention. Afin de seconder les Assistantes du Comité de Direction de l'agence, nous recherchons un(e) Assistant(e) Administratif en contrat de professionnalisation. A ce titre, vous interviendrez sur : - la prise de rendez-vous internes et externes (rendez-vous clients et rendez-vous partenaires), - la réservation et l'organisation de déplacements via American Travel Express (réservation des billets, hotels, transferts etc.), - la saisie de notes de frais via Xpense, - la mise à jour des Timesheets dans l'outil MediaManager, - la rédaction possible de comptes-rendus, - la coordination, avec les marques du Groupe, des événements internes et/ou externes, - la gestion des fichiers clients / collaborateurs Starcom / principaux contacts régies, - la commande de fournitures et des cartes de visite, - une aide au classement, - la gestion des badges, - une aide à la gestion des agendas, - la gestion des appels téléphoniques. De formation supérieure, vous maîtrisez parfaitement Word, PowerPoint et Excel. Rigoureux(se) et extrêmement discret(ète), vous possédez une orthographe ainsi qu'une grammaire excellentes.

Rien que ça !

Partager cet article

Super consultant
commenter cet article
13 mars 2014 4 13 /03 /mars /2014 20:16
Recours pour inégalité salariale.

Les différences de salaires liées au sexe ne seraient pas une fatalité : depuis les années 2000, des femmes saisissent la justice pour faire reconnaître leurs droits salariaux. Economiste à l’université Paris-Ouest-Nanterre, Rachel Silvera retrace dans Un quart en moins le parcours de ces pionnières. Un livre qui sort aux éditions La Découverte.

Pourquoi toujours 25% de différence de salaire entre femmes et hommes ?
Les raisons sont multiples. Le temps partiel touche particulièrement les femmes : il ne s’agit pas d’une différence horaire, mais à la fin du mois, leur salaire est inférieur. La ségrégation professionnelle : les femmes occupent globalement des emplois moins valorisés socialement et financièrement que les hommes. La discrimination «pure» : à profil et poste égaux, elles sont payées entre 9% et 15% de moins, ce qui s’explique par un «soupçon de maternité», l’un des nœuds de l’inégalité salariale. Il pèse sur toutes les femmes, y compris celles qui jouent le jeu et n’interrompent pas leur carrière. Une discrimination paradoxale dans une société qui ne cesse de valoriser les mères et la maternité.

Ces dernières années, des femmes ont entrepris de saisir la justice. Pourquoi ?
Grâce au droit européen, on dispose d’un arsenal juridique novateur mais ce sont les syndicalistes qui s’en sont emparé les premiers ! L’un d’eux, s’appelle François Clerc. Ouvrier chez Peugeot toute sa vie, délégué CGT, il ne connaît aucun avancement à la différence de ses collègues. Il saisit la justice et gagne son procès. La manière dont il a calculé ses retards de carrière en comparaison avec les salaires de l’entreprise a fait jurisprudence. On parle désormais de Méthode Clerc. Après les procès liés aux discriminations syndicales, on a vu apparaître dans les années 2000 des recours entamés cette fois par des femmes.

Quelles sont les affaires les plus emblématiques ?
Dans mon livre, je cite le cas de Flora (1), une des premières salariées à avoir gagné son procès pour discrimination salariale liée à la carrière. Cette secrétaire d’un comité d’entreprise dans le secteur technologique est restée au même coefficient pendant des années. Les Prud’hommes ont condamné son employeur à lui verser 110 000 euros de réparation. Il y a aussi Maria (1), ouvrière irréprochable, câbleuse dans l’aéronautique, qui n’a jamais eu de carrière - elle pensait que c’était réservé aux hommes. Jamais augmentée, elle était comme oubliée. Une ouvrière invisible. Elle était réticente à saisir la justice mais sur les conseils d’un délégué syndical, elle demande réparation au moment de sa retraite. Elle a obtenu 53 700 euros au titre de préjudice financier et 35 000 euros pour préjudice moral. Ces femmes ont en commun d’avoir occupé des emplois souvent réservés à des hommes. Par ailleurs, une douzaine de décisions de justice ont donné raison à des femmes dont les emplois, de valeur égale à ceux des hommes, étaient pourtant dévalorisés.

Plus médiatique a été l’affaire d’une cadre supérieure d’une grande banque.
En 2010, cette diplômée de HEC, analyste financier, qui s’était arrêtée de travailler dix ans pour élever ses cinq enfants, a reçu plus de 351 000 euros pour licenciement sans cause réelle et pour discrimination de salaire et de carrière. Une condamnation de la cour d’appel de Paris. Cette affaire ouvre un débat complexe : peut-on prétendre aux mêmes avantages financiers, à la même carrière alors que l’on a pris des congés parentaux et travaillé à temps partiel pendant dix ans ? L’entreprise n’a pas respecté la loi, car au lieu d’accompagner son retour et de lui permettre de retrouver sa carrière, elle a été mise au placard. Ceci met en évidence la nécessité de remettre en cause les codes de la performance et d’appliquer le droit aux congés parentaux. Après cette affaire, il y a eu des arrangements financiers sous la table entre entreprises et certaines salariées.

L’autre solution est de porter plainte collectivement, possible aux Etats-Unis, pas encore en France ?
L’action de groupe est un serpent de mer juridique. A plusieurs reprises, ce principe a failli être adopté. Des amendements dans la loi sur l’égalité étaient prévus en matière de discriminations collectives. Ils ne sont pas passés. Des pressions exercées, notamment du côté des entreprises ?

Au-delà des cas individuels, comment lutter contre les inégalités salariales ?
Il faut négocier de vrais accords d’entreprises qui prévoient des budgets pour corriger les inégalités. Revoir les carrières et surtout les qualifications. Le modèle du travail est encore trop calqué sur le modèle industriel fordiste masculin. Les métiers du tertiaire, comme la vente, le soin, le relationnel, l’éducation et le nettoyage sont encore considérés comme des emplois improductifs voire coûteux.

Extraits de Liberation-Cécile Daumas

Partager cet article

Super consultant
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Super consultant
  • Le blog de Super consultant
  • : site dédié à la vie chez Publicis et tous ses à-côtés. Divers thèmes sont abordés : social, management, politique, organisation, travail, économie,etc...
  • Contact

Recherche

Liens

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog